Nos engagements

Paiement sécurise

Livraison en 48h

Port offert dès 300Dh d'achat

Consommation de Poisson et Durée de Vie

Une nouvelle étude de la Harvard School of Public Health et de l'Université de Washington a confirmé que la consommation régulière de poisson réduisait d'un quart le risque pour une personne âgée de mourir prématurément (1), et d'un tiers celui de mourir d'une maladie cardiovasculaire.
En effet, les chercheurs ont découvert que les personnes âgées ayant les taux sanguins les plus élevés en acides gras oméga 3 d'origine marine, vivaient, en moyenne, 2,2 années de plus que ceux ayant des niveaux plus bas. "Bien que la consommation de poisson a longtemps été considérée comme faisant partie d'une alimentation saine, peu d'études avaient mis en perspective des taux sanguins élevés d'oméga 3 avec la mortalité des personnes âgées», a déclaré l'auteur principal de cette étude, Dariush Mozaffarian, professeur agrégé au Département d'épidémiologie à Harvard, dans un communiqué de presse.

«Nos résultats confirment l'importance de taux sanguins élevés d'oméga-3 pour la santé cardiovasculaire, et suggèrent qu'en vieillissant, ces niveaux élevés d'oméga-3 pouvaient effectivement prolonger les années de vie." Les chercheurs ont longtemps lié la consommation de graisses insaturées issus de poissons avec une réduction du risque des maladie cardiaques. La plupart des instances de santé nationales et internationales recommande donc de manger du poisson - surtout des poissons gras - au moins deux fois par semaine.

Mais c'est la première fois que des chercheurs ont lié niveaux de consommation de poisson et taux de mortalité.
Dans leur étude, les chercheurs ont examiné 16 années de données relatives à 2.700 adultes américains sains âgés de 65 ans ou plus qui ont participé à la Cardiovascular Health Study (CHS) (2). Ils ont également analysé la proportion totale des taux sanguins d'oméga 3 dans les échantillons de sang des personnes participants à l'étude. Après ajustement des données en fonction de l'alimentation et du mode de vie et d'autres facteurs, ils ont conclu que les acides gras oméga 3 étaient liés à un risque significativement plus faible de mortalité.

Un acide gras en particulier - l'acide docosahexaénoïque (DHA) - serait associée à un risque 40 pour cent plus faible de décès de maladies coronariennes. En comparant l'acide eicosapentaénoïque (EPA) et l'acide docosapentanoïque (DPA) , il apparait que le DPA serait plus fortement associé à un risque moindre de décès par accident vasculaire cérébral, et que l'EPA serait plus efficace pour réduire les risque d'infarctus du myocarde non fatal.
L'acide docosapentanoïque (DPA) est un acide gras oméga-3 que l'on trouve principalement dans les poissons, huiles de poisson et dans la viande rouge. Contrairement, à l'EPA et au DHA, le DPA n'a pas été largement soumis à la recherche. Cependant, la littérature scientifique disponible suggère que le DPA aurait des effets bénéfiques sur la santé. (3)

Dans l'ensemble, les participants ayant les plus hauts taux sanguins de chacun des trois types d'acides gras avaient un risque 27 pour cent plus faible de mortalité totale (toutes causes confondues). Lorsque les chercheurs ont examiné la façon dont la consommation d'acides gras oméga-3 influait sur les taux sanguins d'oméga-3, ils ont pu constater que cette dernière avait une incidence sur les taux sanguins pour les personnes qui passaient d'un régime faible en oméga-3 à un apport de 400 mg par jour. Au-delà de 400 mg, les taux sanguins augmentaient de façon plus progressive.

"Les résultats suggèrent que l'apport en oméga-3 le plus bénéfique équivaudrait à deux portions de poissons gras par semaine», a déclaré Mozaffarian. Parmi les poissons qui contiennent des niveaux élevés d'acides gras oméga-3 le maquereau, la truite, le thon, le saumon, le hareng, les sardines et les anchois.

References
(1) Plasma Phospholipid Long-Chain Omega-3 Fatty Acids and Total and Cause-Specific Mortality in Older Adults. Dariush Mozaffarian, Rozenn N. Lemaitre, Irena B. King, Xiaoling Song, Hongyan Huang, Molin Wang, Frank M. Sacks, Eric B. Rimm, and David S. Siscovick, Annals of Internal Medicine, online April 1, 2013.
(2). The Cardiovascular Health Study.
(3) Omega-3 Docosapentaenoic Acid (DPA): What is known?

Sources : Harward school of public health.