Voyages en Avion et Santé

Bien que toutes les statistiques désignent le transport aérien comme le moyen de transport le plus sûr, beaucoup de gens se sentent très stressés et anxieux en avion à la moindre turbulence. Cependant, même les voyageurs les plus détendus, peuvent souffrir de certaines gênes lors d'un voyage en avion parmi lesquelles :
Le mal des transports (dû aux turbulences). Minimiser votre malaise en demandant un siège situé au milieu de l'avion. C'est en effet la partie la plus stable de l'avion.

Un inconfort ou des douleurs au niveau des oreilles et des sinus. Ces douleurs, qui peuvent être très fortes, sont provoquées par des différences de pression d'air entre l'intérieur de l'oreille et l'intérieur de la cabine, notamment lorsque l'avion descend. Ce malaise peut généralement être résolu (ou pour le moins diminué) en mâchant du chewing-gum ou en baillant. Un autre manoeuvre efficace consiste en une courte expiration forcée bouche fermée et nez pincé.

Manque d'air ou essoufflement. Les individus présentant une anémie sévère, une maladie pulmonaire ou une maladie cardiaque peuvent être troublés en raison de la faible teneur en oxygène de l'air de la cabine.

Complications après une opération chirurgicales récente. Une chirurgie abdominale récente, par exemple, ou un traitement pour décollement de la rétine, peuvent exiger que vous obteniez l'autorisation de votre médecin pour prendre l'avion. En effet, une baisse soudaine de la pression dans la cabine de l'avion peut engendrer des complications et gêner votre convalescence.

Jet lag. Après de longs vols, le décalage horaire peut perturber les habitudes de sommeil et causer de la fatigue physique et une fragilité émotionnelle. Soyez prudent lorsque vous conduisez une voiture peu de temps après votre arrivée. Certains voyageurs utilisent la mélatonine, qui, si elle est prise à des horaires bien établis, pourrait aider à normaliser les habitudes de sommeil pendant le voyage.

Thrombose veineuse profonde ou phlébite. Cette affection, qui peut résulter de la position assise dans un endroit exigu pendant de longues périodes, peut conduire à une embolie pulmonaire mortelle. Elle débute par un caillot dans le système veineux des membres inférieurs qui peut se détacher et arriver jusqu'au poumon. Vous êtes plus à risque si :

  • vous êtes enceinte
  • vous avez plus de 60 ans
  • vous avez des antécédents de thrombose veineuse profonde
  • vous avez d'autres problèmes circulatoires
  • vous avez une maladie cardiaque

Le risque de développer un caillot de sang peut être réduit en marchant dans les allées périodiquement si possible. Des traitement naturels à base de plantes peuvent aider à fluidifier le sang. Les personnes ayant déjà eu une thrombose veineuse profonde doivent avertir leur médecin qui leur prescrira en plus de leur traitement anticoagulant habituel, des bas de contention à utiliser pendant le vol.

Attraper une infection pendant le vol. Certaines personnes s'inquiètent du fait qu'en respirant l'air recyclé de la cabine, elles sont exposées aux virus expulsés par les passagers malades qui toussent ou éternuent. L'air recyclé dans un avion, est purifié grâce à des filtres très fins qui éliminent presque tous les virus et les bactéries. Une étude récente a montré que les passagers sur les vols courts n'ont pas développé plus de rhumes que ceux qui voyagent dans les cabines d'avion alimenté en air frais. Le risque d'une infection virale, cependant, est augmentée avec des vols plus longs, lorsque l'on est assis dans les deux rangées autour d'un passager infecté. Pourtant, le risque n'est pas plus grand dans un avion que dans un espace confiné comme celui d'un train ou d'une salle de classe. Comme dans d'autres circonstances, la meilleure protection contre une infection virale consiste à se laver les mains et à éviter de toucher son nez, ses yeux ou sa bouche pendant le vol.

Sources : yahoo health. (1) Simeon Margolis, M.D., Ph.D. août 13, 2009