Antioxydants : quelles sources ?

Tous les fruits, légumes, légumineuses et fruits à coques regorgent d’antioxydants, qu’ils utilisent pour se défendre contre leurs prédateurs mais aussi contre les rayons UV. Pour profiter de tous ces antioxydants qui sont à portée de main, il est préférable d’opter pour des aliments végétaux non raffinés et issus de l’agriculture biologique.
Contrairement aux idées reçues, la viande, les produits laitiers et les œufs contiennent des antioxydants, qui proviennent principalement des plantes riches en éléments nutritifs avec lesquels ces animaux sont nourris. C’est l’une des raisons pour laquelle il est également judicieux (lorsque c'est possible) d’opter pour des animaux issus d’un élevage raisonné, dans le respect de leur régime alimentaire initial (label Rouge, filière Bleu Blanc Coeur, etc).

Les aliments enrichis en antioxydants ne sont pas la panacée
A peine les premières études sur les antioxydants avaient été publiées que les acteurs de l’industrie agro-alimentaire se sont emparés de l’antioxydant comme un argument santé imparable. Cet « additif » involontaire vient élargir les rangs des produits aux promesses douteuses. En effet, les aliments enrichis en antioxydants (par exemple en vitamine E ou en vitamine C), le sont pour des quantités non significatives et pour des substances courantes (vitamine C). A bien des égards, les aliments enrichis ne sont donc pas la panacée dans la quête d’un meilleur équilibre micro-nutritionnel.
Ignorez les effets de mode et évitez de choisir un produit parce qu’il est enrichi ! Concentrez-vous plutôt sur son mode d’élaboration, sur les ingrédients qui le composent ainsi que leur mode de production. Idéalement, préparez vous-même vos repas en vous servant d’ingrédients non transformés. Faites vos achats de fruits et légumes régulièrement (2 fois par semaine plutôt qu’une fois tous les 15 jours) afin d’en conserver tous les nutriments.

Les atouts de la supplémentation
Il peut être intéressant de faire des cures de compléments alimentaires riches en antioxydants. Pour conserver leur intérêt, ces cures doivent être variées (changer de produits) et s’échelonner pendant 2 mois, 3 à 4 fois par an maximum. Les compléments alimentaires ne doivent pas remplacer l’alimentation, ils la complètent dans des situations particulières qui « surconsomment » des antioxydants (pratique d’une sport, maladie, convalescence, prise de certains médicaments qui limitent l’absorption des vitamines, etc.).