Retour sur les antioxydants

On regroupe sous le terme antioxydants des vitamines et différentes substances chimiques qui jouent le rôle d'antidote en régulant les surplus de radicaux libres. Une alimentation appropriée et une supplémentation adaptée permettent à l'organisme de réguler les effets néfastes des radicaux libres. Les vitamines C et E, les caroténoïdes (bêta carotène, lycopène, lutéine), le sélénium, les flavonoïdes (thé, raisin, myrtille, citron) constituent les anti-oxydants les mieux étudiés.

Détruire les radicaux libres à tout prix
Les radicaux libres se forment dans l'organisme au cours d'un processus d'un processus métabolique appelé oxydation. Les cellules de l'organisme utilisent l'oxygène comme un carburant. Ce carburant génère la production de radicaux libres, qui permettent d'entretenir et de nettoyer l'organisme des cellules mortes ou déficientes en les oxydant. Les radicaux libres participent également au processus de défense de l'organisme contre les attaques virales et bactériennes en utilisant ce même procédant pro-oxydant. Cependant, une trop grand exposition à certains facteurs de risques (pollution, soleil, tabac, alcool, stress) ou un déficit d'apport de l'alimentation en substances antioxydantes peut dérégler la machine et provoquer la surproduction de radicaux libres, qui détériorent le fonctionnement des cellules, anticipant ou accélérant ainsi la dégénérescence normale des cellules liée au vieillissement.

C'est là que les antioxydants entrent en jeu et permettent de se prémunir contre tous les excès des radicaux libres. En effet, en évitant les comportements à risque (tabagisme, expositions prolongées au soleil), la consommation journalière de 5 fruits et légumes par jour enrichit significativement les apports en substances antioxydantes.

La principale source d'antioxydants naturels sont les fruits et légumes riches en vitamine C, en bêta-carotène et flavonoïdes (fruits et légumes colorés comme la carotte, le potiron, le poivron, le brocolis, la betterave, les fruits et baies rouges), en lycopène (tomate crue, cuite ou cuisinée, pastèque, pamplemousse). Le sélénium issu de l'alimentation dépend du sélénium contenu dans les sols dont sont issus les végétaux (noix, champignons) ou dans l'alimentation des animaux (viandes, poisson) en contenant. Les quantités peuvent varier de façon notable selon la qualité des sols. Les sources naturelles de vitamine E sont les huiles de germe de blé, d'olive, de colza, de noisettes et d'amandes.

Tous les antioxydants ne sont pas égaux
Il est généralement admis qu’une substance antioxydante est une molécule qui protège les cellules de l'oxydation. Or, les substances antioxydantes sont aussi nombreuses que variées. Elles incluent des micronutriments familiers comme les vitamines, ou moins connus comme les flavonoïdes et les polyphénols. A ce jour, Il y aurait plus de 8 000 substances antioxydantes identifiées.
Mais bien évidemment tous les antioxydants ne fonctionnent de la même manière, et ils ne sont pas interchangeables. Certains antioxydants excellent dans la lutte contre certains types de radicaux libres (car il existe différentes sortes de radicaux libres), tandis que d'autres ne sont efficaces que dans certaines parties d'une cellule. L’action des antioxydants est complexe et se fait à différents niveaux. On pourrait la comparer une équipe de football. Le gardien de but n’est pas interchangeable avec les attaquants ou encore avec l’entraineur, c’est une équipe, un ensemble. De la même façon, le choix d’une alimentation adaptée permet de d’apporter différents types d’antioxydants qui occupent chacun leur poste.