Allergies, les prédispositions génétiques

L'allergie survient plus souvent chez des personnes génétiquement prédisposés c'est à dire que la plupart du temps, un parent voire les deux souffrent ou ont souffert d'allergies. On parle de terrain atopique ou d'atopie.
Le risque de devenir allergique est croissant en fonction des antécédents familiaux, ainsi le risque est de 75% si les deux parents sont allergiques. Il est de 25 à 40% si un seul des parents est allergique. Lorsqu'il n'y a pas d'antécédents familiaux, le risque n'est que de 12 à 15%. Au sein de la même famille, les manifestations allergiques peuvent être similaires ou différentes ( eczéma, urticaire, rhinite allergique, asthme allergique) mais sont en général de même catégorie.


L’interleukin-4 est l'une des protéines clés qui jouent un rôle essentiel dans les réactions allergiques. Elle augmente la production des anticorps IgE, qui favorisent la survenue de symptômes gênants (œdèmes, difficultés respiratoires, rhinites, toux, etc.). Des scientifiques supposent que la prédominance chez les Afro-Américains d’un gêne qui favorise la production d'interleukine-4 pourrait être la raison pour laquelle ces derniers souffrent d’un des taux les plus élevés d'allergies et d'asthme aux Etats-Unis.
Des études montrent que les Afro-Américains ont des niveaux très élevés d'interleukine-4. Certains relient cette prédominance au fait que probablement, leurs ancêtres en avaient besoin pour lutter contre les parasites tropicaux. Cette prédominance demeure encore aujourd’hui alors que ces nombreuses protéines d'interleukine-4 s’attaquent maintenant à des allergènes inoffensifs.