Ce qu'il faut savoir

Le diabète est une maladie évolutive et métabolique, qui se caractérise par une hyperglycémie chronique, c’est-à-dire par un taux de glucose (sucre) dans le sang anormalement élevé. L’insuline est l’hormone qui régule habituellement la glycémie. Un sujet diabétique souffre d’une production inadaptée en insuline : la glycémie reste alors élevée.
Selon les critères définis par l’OMS, le diabète est défini par une glycémie supérieure à 1,26 g/l (7 mmol/l) après un jeûne de 8 heures et vérifiée à deux reprises.


Le diabète de type I
Chez l’enfant, le diabète de type I est provoqué par la disparition définitive et totale de l’insuline. C’est donc un diabète sucré insulinodépendant (D.I.D.). Cette disparition est due à une destruction totale des cellules béta des îlots de Langerhans (qui produisent de l’insuline) situées dans le pancréas. Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune dont l'origine n’est pas encore totalement connue. L’absence d’insuline provoque une élévation du taux de glucose (sucre) dans le sang. Pour compenser, la personne ayant un diabète de type 1 doit s’injecter de l’insuline à vie plusieurs fois par jour afin de réguler sa glycémie.

Le diabète de type II
Le diabète de type II, aussi appelé «diabète non insulino-dépendant» (DNID), représente environ 90 % des cas. Encore appelé diabète «gras» ou de «maturité», le diabète de type II apparaît généralement après l’âge de 50 ans. Cependant, la maladie est en constante progression chez l’enfant. Son développement semble être le résultat de facteurs environnementaux, essentiellement alimentaires et comportementaux (surcharge pondérale, sédentarité).
Cette maladie se caractérise par une hyperglycémie, c’est-à-dire un excès chronique de sucre dans le sang. La maladie évolue de façon insidieuse et reste longtemps asymptomatique. Ainsi, de nombreux diabétiques ignorent leur état. Le diabète de type II agit à plusieurs niveaux :

  • Dans un premier temps, un état d’insulino-résistance se met en place. L’organisme développe peu à peu une résistance à l’action de l’insuline et doit en produire une quantité de plus en plus importante afin de maintenir une glycémie constante. A terme, il sera indispensable d’apporter de l’insuline additionnelle.
  • De nombreuses complications liées au diabète se développent et notamment le phénomène de glycation.